RousseLand
Accueil Forum
Bad legion
En 3075 sur Terre, rien ne va plus. Sans frontière ni nation, les peuples se regroupent selon des "flux de pensées" assimilables à d'immenses sectes. La révolte gronde au sein des colonies de Mars et de Saturne malgré les efforts de l'Alliance terrestre pour maintenir un semblant de consensus. C'est dans cette ambiance de fin de règne que sur l'astroplanète Cassiopée, la Bad Legion, commando de militaires organisé selon les rites et les règles de la Sparte antique, découvre une petite fille dont le cerveau est doté d'un implant mémoriel. Pourra-t-il expliquer la disparition de l'équipe scientifique dont on a perdu la trace depuis 25 ans ?
Tout est dans le résumé : c'est une fresque mêlant science-fiction et antiquité, désespoir, chaos futur et intrigue gouvernementale, beaux gosses bien musclés et monstres hideux. L'aventure et l'action sont au rendez-vous, l'hémoglobine également : l'entraînement spartiate n'est pas fait pour les fillettes… quoi qu'ici, justement si ! C'est d'ailleurs l'occasion pour Nicolas Tackian et Stéphane Miquel, les deux co-scénaristes, de nous renvoyer dans nos livres d'histoire à la page 480 av JC pour assister à un épisode inédit de la bataille des Thermopyles. Invention ou réalité historique, les experts jugeront.
D'un point de vu scénaristique, on peut noter une ressemblance assez flagrante avec UW1 : utilisation d'un trou noir pour accéder à un "ailleurs", ici il s'agit d'une planète sœur de la Terre, commando de têtes brûlées et repris de justice par la même occasion et découverte d'un humain qui a fait le voyage retour. La similitude s'arrête là mais ce ne sont pas les pseudos machinations politico-sectaristes et les scènes de péplum sanglant, peut-être, elles, inspirées du Dernier Troyen , qui apporteront un goût autre que celui du déjà vu. Le dessin de Mike Ratera contribue à cette impression par un graphisme non dénué de quelques qualités mais qui s'avère trop respectueux des codes maintes fois recyclés ces dernières-années.Tous ces éléments agaceront ceux qui carburent à l'originalité et rassureront les insatiables du genre.
Photos
Commentaire de Paul Mombelli
BD bande-dessinée manga anime dessin rousse roux Bad legion