RousseLand
Accueil Forum
Joëlle
La charmante Joëlle, dont vous trouverez les confidences touchantes et la belle chevelure par ailleurs, est une jeune fille délicate et pas très sûre d'elle, malgré les apparences qu'elle veut se donner parfois. Gageons que son espérance de devenir un jour une femme fatale, sulfureuse, sensuelle et délicate, sera satisfaite avant longtemps.


Ses confidences


Voici une charmante jeune fille rousse, qui n'a pas encore acquis l'assurance dont témoignent la plupart de ses sœurs. Sans doute est-ce dû à son jeune âge, 19 ans, et à la délicatesse particulière de son caractère. Mais, comme vous pourrez le découvrir dans sa confession, elle aspire quand même à devenir une femme fatale, sulfureuse, sensuelle et délicate. J'espère qu'elle ne sera pas trop fatale, mais, sulfureuse, elle l'est déjà (puisque les rousses ont plus de soufre dans la peau que les autres femmes) ; sensuelle, se serait bien la première femme rousse qui ne le soit pas ; délicate, il suffit de regarder ses photographies et de lire ses confidences pour savoir qu'elle l'est déjà.



Bonjour,
Je m'appelle Joëlle.
Je suis allée pour la première fois sur votre site aujourd'hui. Il fallait que je fasse des recherches sur les roux. Cette idée m'est venue l'année dernière car, cette année, je prépare mon diplôme de design-graphique et je souhaitais prendre le thème des roux.
D'ailleurs, je recherche des photos d'africain(ne) roux, c'est rare et je voudrai voir ce que ça donne. Je suis curieuse. J'aidécouvert quelque chose qui m'intéresse autant que vous. J'ai 19 ans, un an d'avance dans mes études, grâce à ma grand-mère qui m'a appris à lire avant les autres enfants de mon âge. Je suis intéressée par tout, même peut-être par trop de choses. J'ai été surprise par les textes de ce site... 20\% de plus d'anesthésique... La sexualité... L'historique des roux... Leur sensibilité... Leur caractère... Beaucoup de choses qui m'ont fait penser à moi. Pourquoi n'êtes-vous pas psychologue ? Cela m'aurai valu de nombreuses heures à discuter avec vous pour mieux me comprendre... Je me comprend mal, moi-même... C'est dur d'être une femme !
Qu'est-ce que je pourrais vous dire qui puisse vous intéresser ?
Je ne crois pas avoir souffert trop, quand j'étais vraiment plus jeune, de ma rousseur... Je ne faisais que rougir aux taquineries qu'on me lançait et, vous savez, lorsqu'une rousse rougit... C'est gênant, je deviens rouge comme une tomate... Sacré désagrément !
En sixième, on m'appelait ketchoupi ! (Alias le mini ketchup d'Amora). "Tu vas rouiller", etc. etc.
Ma mère était rousse, mais, maintenant, elle a beaucoup foncé.
J'ai deux grandes sœurs qui sont rousses aussi, mais de différents tons.
Ma grand-mère, quand je ne voulais pas aller en cour en maternelle (une méchante fille me pinçait le corps dans la cour de récré... Quel affreux souvenir!) Je faisais la comédie et elle me gardait. Elle m'a apprit à lire sur l'histoire de : "la petite poule rousse".
Il y a des tas de choses encore, mais, pour moi, dans le passé lointain c'est ce qui m'a plus marquée.
Maintenant, c'est autre chose... J'apprends à devenir une adulte, mais j'ai du mal, je m'éparpille souvent, des choses me ralentissent. Je une suis une fille assez spéciale, sensible au fond de moi et devant les autres je faissouvent ma dure. J'ai beaucoup de mal à gérer cette partie de moi. J'ai peur de plaire aux gens si je me fais belle. Je ne suis pas habituée à ce que les hommes me regardent ou je fais tout pour qu'ils ne le fassent pas. Ce n'est pas de ma personnalité de vouloir plaire physiquement aux hommes. Je crois que si j'étais laide et rousse, je me mettrai beaucoup plus en avant.
J'ai été un peu garçon manqué, grands tee-shirt au collège, je ne voulais pas que mes seins poussent. D'ailleurs, j'ai du mal à être féminine, c'est presque une corvée. Je ne me coiffe presque jamais les cheveux, ce "feu" me fait peur, je n'arrive pas encore à l'apprivoiser. Pourtant, je me vois, bien plus tard, sulfureuse, sensuelle, délicate, une femme fatale quoi... Et rousse enplus!!! C'est décidé ! Maintenant, je m'y met !
J'ai fait l'impasse sur certaines choses sur le site... Avez-vous écrit ceci ? : on m'a souvent raconté qu'il y a fort longtemps, les rousses étaient le diable, et que lorsque des gens se promenaient et croisaient une roussesur leur chemin, ils devaient leurs cracher dessus pour conjurer un soi disant sort qu'elle leur jetait. Étonnant quand même ! J'espère avoir une réponse à ce mail. merci beaucoup pour ce site !

Joëlle

Papouille la Fripouille ou aussi la Citrouille !!!


Ma chère Joëlle, je réponds toujours aux messages que je reçois, tu as dû déjà en avoir la preuve. Comment, d'ailleurs, ne pas répondre à une si délicieuse lettre ?
Je ne suis pas psychologue patenté, mais je peux très bien soutenir l'abondante correspondance que tu annonces et, cela, directement, sans aucun écho sur le site.
Je comprends que tu aies parfois du mal à supporter les propos vulgaires et les regards concupiscents des hommes qui, malheureusement trop souvent, aiment les femmes comme des objets de plaisir et pas comme les êtres humains, délicats et sensibles, qu'elles sont. Rassure-toi, tous les hommes ne sont pas des machos égoïstes !
Ton avance dans les études s'est un peu faite au détriment de ta maturité de femme. Je trouve que c'est très bien ainsi. Tu as encore largement le temps de devenir une femme fatale...
Photos
Commentaire de Paul Mombelli
Femme fille rousse communauté Joëlle